Les arbres rue Berkendael abattus en mars [ Sud Presse ]

L’affaire des arbres du Berkendael est loin d’être terminée. Alors que les riverains avaient obtenu la suspension du permis d’abattage en novembre dernier, le fonctionnaire délégué de la Région bruxelloise a retiré le permis attaqué et en a délivré un autre avec quelques modifications. Ainsi, l’abattage des 51 bouleaux qui bordent la rue Berkendael à Forest pourrait avoir lieu au début du mois de mars. Les riverains outrés ont à nouveau introduit un recours en extrême urgence.

Les arbres de la rue Berkendael sont à nouveau menacés d’abattage. Les 51 bouleaux avaient bénéficié d’un sursis l’année dernière lorsque les riverains ont obtenu la suspension du permis d’urbanisme car la demande de la commune n’avait pas été introduite dans les deux langues. Alors qu’une procédure en annulation est toujours en cours au conseil d’État, les arbres de la rue Berkendael pourraient être abattus début mars. « Le fonctionnaire délégué de la Région bruxelloise, a décidé de retirer l’avis favorable et d’en émettre un autre en modifiant quelques éléments de formes, notamment en précisant certains éléments sur l’emploi des langues », nous explique Marc Loewenstein (DéFI), échevin des Travaux publics de Forest. « Le fonctionnaire a délivré un permis, il faut l’exécuter », ajoute-t-il. Les arbres doivent être abattus afin que les impétrants puissent réaliser des travaux dans la rue. Un réaménagement de voirie est aussi nécessaire. « Nous allons aussi replanter 38 bouleaux qui seront moins allergènes », avance aussi Marc Loewenstein.

La nouvelle révolte les riverains. « Le fonctionnaire délégué de la Région a redonné un avis favorable sans attendre la décision du conseil d’État sur le recours que nous avions introduit », dénonce Georges, riverain et membre du comité de quartier Brugmann-Berkendael-Albert.

Les habitants du quartier ont été mis au courant par affichage public que les arbres allaient être abattus le 21 février. Mais il semblerait que l’opération aura plutôt lieu au début du mois de mars. Pour rappel, les habitants de la rue Berkendael se battent depuis près de 4 ans pour sauver ces bouleaux.

Un combat coûteux

Le comité de quartier s’était mobilisé à l’automne dernier afin d’obtenir la suspension du permis d’urbanisme obtenu par la commune de Forest. Ils ont pu récolter les milliers d’euros nécessaires à l’introduction de ce recours. « Ce qui nous sidère, c’est que la Région passe outre la décision du conseil d’État, nous avons mis des fonds incroyables pour introduire ce recours », réagit Hanna, une autre habitante de la rue.

Le comité de quartier aurait déjà engagé plus de 8.000 euros en procédures judiciaires. « Mardi, n ous avons introduit à nouveau un recours en extrême urgence », annonce Georges. Aujourd’hui, les habitants du Berkendael craignent de manquer de fonds pour poursuivre les procédures et payer l’avocat. Le conseiller communal, Laurent Hacken (cdH), lui aussi étonné que la commune n’attende pas la décision finale du conseil d’État, interpellera le collège. « Je dénonce encore une fois le non-respect des citoyens qui ont financé ce recours », indique-t-il. « C’est vraiment jouer avec les législations », regrette Laurent Hacken.

J.C.
Sud Presse

Laurent HackenPresse