Laurent Hacken

Mon parcours

 
 

Bruxellois de cœur, Forestois par choix

Né en 1984, d’un papa enseignant et d’une maman indépendante, je me suis toujours senti belge, évidemment, mais surtout amoureux de cette ville-Région-capitale où on peut découvrir à chaque coin de rue un nouveau côté de la ville qu’on ne connaissait pas. D’Anderlecht, où j’ai vu le jour, j’ai ensuite grandi à Woluwe-Saint-Pierre avant que ma famille doive quitter la Région avec regret, faute, comme souvent pour les familles, d’avoir pu trouver un logement à prix abordable. Quand je suis revenu à Bruxelles pour mes études, je me suis alors rendu compte à quel point j’adorais cette ville et qu’elle était faite pour moi… Plus question d’en repartir ! J’ai alors découvert la commune de Forest, qui possède des atouts peu connus et pas assez exploités, et où j’ai décidé de m’installer. Je m’y suis marié récemment, et j’habite dans le quartier Forest vert, une superbe cité-jardin calme et chaleureuse près de l’Avenue Kersbeek et la Chaussée de Neerstalle.

 
 

Pourquoi mon engagement politique ?

J’ai toujours eu à cœur de m’investir dans des projets, les imaginer et les organiser. C’est le scoutisme qui m’a  permis le plus d’exploiter ce que je crois être ma principale qualité. Entre 5 et 24 ans, j’y ai vraiment passé des moments extraordinaires : des rencontres inoubliables, des amitiés, des fous rires, des activités extraordinaires… à travers toute la Belgique et le monde ! Je suis resté 6 ans chef dont 4 comme animateur responsable des jeunes de 12 à 18 ans. J’espère bien y revenir un jour en tant que chef d’unité… (C’est d’ailleurs pour ce qu’ils m’ont apporté que je souhaite que les mouvements de jeunesse soient davantage soutenus dans notre Région. Ils doivent disposer de locaux de qualité afin d’accueillir toujours plus de jeunes !)

Comme énormément de citoyens, dans plein de domaines différents, continuer à apporter une petite pierre à l’amélioration de notre société a toujours été essentiel dans mon équilibre de vie. Je m’investis depuis toujours dans la campagne de l’ONG « Iles de Paix », dont je suis le responsable pour notre commune, et dans d’autres mouvements associatifs, en fonction des demandes. Mais c’est dans un engagement politique que mon investissement citoyen a trouvé le plus de sens. A l’heure où cet engagement est souvent décrié et discrédité, parfois à raison, il est d’autant plus important que certains continuent à vouloir se battre pour ne pas tomber dans une société où la recherche du profit et du plaisir personnel seraient les seules valeurs. Le pouvoir politique ne peut pas tout régler, malgré ce que certains essaient de faire croire, mais il doit œuvrer à réparer les injustices, soutenir ceux qui en ont besoin, créer un environnement propice à l’innovation et permettre à chacun de s’épanouir le plus possible.

Pourquoi le cdH ?

Parce que c’est le seul parti qui défend que le bonheur dans la vie, c’est trouver un emploi épanouissant et disposer de revenus suffisants, mais c’est aussi et surtout construire une famille, voir ses enfants s’épanouir dans un enseignement de qualité et des loisirs abordables, c’est pouvoir prendre soin de ses proches, vivre dans un environnement sain. Le seul parti où je me sentais à ma place en tant que jeune de la classe moyenne, et qui défend certaines valeurs autres que la simple course à l’argent et à la rentabilité ou que la taxation de toute initiative privée.

Le cdH est le parti de tous.  Les Citoyens Démocrates Humanistes défendent une vision du monde où chacun est inclus avec ses multiples identités. Nous sommes tous membres d’une famille, étudiant, travailleur, indépendant, croyant ou non, jeune, moins jeune… Et toutes ces identités doivent être défendues de façon concrète, réaliste et crédible. Le cdH est le parti du lien entre les gens et du respect de leur liberté.

Le cdH fait confiance et prend les citoyens au sérieux. Nous ne croyons pas que l’État doit tout faire tout seul. Nous faisons confiance aux parents et aux enseignants qui préparent l’avenir de nos enfants, aux associations et bénévoles, aux jeunes qui s’engagent pour demain, à tous ceux qui sont prêts à se retrousser les manches. Nous refusons le repli sur soi.

Le cdH refuse les déclarations qui ne se traduisent jamais dans des actes. Nos propositions reposent sur des analyses solides et finançables.

 
32359543_10155512043858225_8724268619124441088_n.jpg
 

Mes passions, mes hobbys

Outre la vie politique, ma deuxième grande passion, depuis que je suis tout petit, c’est de découvrir le monde. 192 pays à parcourir, 192 cultures à découvrir…il me reste encore du boulot avant d’en avoir fait le tour ! Voyager permet de relativiser beaucoup, d’ouvrir son esprit et de questionner ses certitudes. Et puis aussi d’en prendre plein les yeux avec des paysages extraordinaires, dans la nature ou dans les villes. Bouger à travers le monde est ma bulle d’air, même si cela n’est pas toujours vraiment reposant !

J’essaie de bouger aussi grâce au sport (objectif 20 km de Bruxelles en 2019 !), même si je suis surtout un vrai supporter des vrais sportifs. Je suis un grand fan du Sporting d’Anderlecht, des Diables rouges, dePhilippe Gilbert et de Greg Van Avermaet, que j’adore aller encourager dans les stades ou sur les routes des classiques belges.

Enfin, j’ai toujours eu une admiration pour l’univers des transports en commun : les trams, les métros, les trains, les différents horaires,… Je trouvais cela incroyable. Tout petit, je ne rêvais d’ailleurs pas d’être pompier ou footballeur, mais conducteur de trams !

Ma vie professionnelle

Après mes études en communication et en sciences politiques, à Saint-Louis et à l’UCL, j’ai très vite eu la chance d’intégrer l’équipe du cdH au Parlement bruxellois, en tant qu’assistant parlementaire.

En 2009, j’ai eu l’occasion de travailler pendant un an au cabinet de Benoît Cerexhe, où je m’occupais des dossiers mobilité, pouvoirs locaux et des contrats de quartier. J’ai pu me rendre compte vraiment à quel point les enjeux étaient importants, mais surtout que chaque parti ne défend pas toujours tous les citoyens… En 2010, je suis devenu le Secrétaire politique du cdH bruxellois.

En mars 2013, j’ai rejoint l’équipe de la Ministre bruxelloise du Logement, de l’Environnement, de la Qualité de vie et des Familles, Céline Fremault, comme chef de cabinet adjoint. Un travail passionnant et très riche qui me permet de me battre pour les Bruxellois, pour leur vie au quotidien… même si la tâche est immense !

Enfin, en ce début d’année 2019, j'ai été réélu comme Conseiller communal à Forest, et lorsque Maxime Prévot a repris la présidence du cdH, il m'a choisi comme Secrétaire politique pour Bruxelles dans son équipe

Pour les prochaines élections fédérales du 26 mai prochain, mon parti m’a confié la place de 1er suppléant à la Chambre. À moi de saisir cette opportunité qui me donne une vraie chance de faire entendre ma voix au sein du Parlement fédéral, où Bruxelles est encore trop souvent envisagée exclusivement pour ses "utilisateurs" plutôt que pour ceux qui aiment y vivre.

 
 

« Je veux aujourd’hui déployer mon énergie à améliorer l’efficacité de notre Etat fédéral ! »

/  Laurent Hacken  /